les jeux pc Index du Forum

les jeux pc
Comprendre comment résoudre les problème avec les jeux vidéos sur PC ou sur autres consoles.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

(test) Need for Speed Undercover

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les jeux pc Index du Forum -> Coin Jeux PC -> Tests
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ominodex
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2008
Messages: 277
Localisation: tunisie
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 258
Moyenne de points: 0,93

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 18:13 (2009)    Sujet du message: (test) Need for Speed Undercover Répondre en citant

A toutes les unités, une poursuite en code 3 est en cours... Le suspect a une Audi rouge... Centrale, envoyez-nous toutes les unités disponibles... L'individu s'échappe, on va tenter de le suivre... Aux unités de renfort, le suspect a été vu pour la dernière fois en direction de l'ouest... Passage sur le canal 3... A toutes les unités, on l'a perdu, abandonnez la poursuite...

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures recettes, les meilleures soupes, les meilleurs confitures, ou que sais-je encore. Voilà ce que se sont dit les développeurs d'EA Black Box, le studio en charge de répondre à votre besoin de vitesse annuel. Conscients que ProStreet ne restera pas dans les annales, ils ont opté, de manière très prévisible, pour la solution backup, en l'occurrence le combo ville ouverte / courses-poursuites avec la police. On oublie donc sans regret les courses sur piste et ce sentiment d'être cloisonné et de devoir enchaîner les épreuves les unes après les autres, comme dans n'importe quel jeu du genre. En résumé, ce qui ne plaît pas au profil du joueur moyen de Need For Speed. Son profil est plutôt celui d'un frustré de la conduite réelle, bridée par ces maudits radars et dont la conduite n'a rien de celle d'un papy qui pose les deux mains sur le volant et qui refuse de dépasser 2500 tours pour changer de vitesse. Prise de risque minimum donc, quitte à resservir du réchauffé, EA est revenu aux fondamentaux, douze petits mois après avoir tenté quelque chose de différent, en vain. Mais dans le cas présent, c'est plutôt la soupe à la grimace. Explications.
Voici la première mission du jeu.
Avant d'entrer dans le vif de sujet et d'aborder ce qui est réussi, ce qui l'est moins et ce qui ne l'est pas du tout, posons les bases de ce nouvel opus baptisé Undercover. Être sous couverture, ce n'est pas la qualité première des héros des précédents NFS. Celui-ci n'est pas un chauffeur classique. De leurs propres mots, les petits gars à l'origine du projet ont souhaité donner de la profondeur à l'histoire d'Undercover, afin de se rapprocher au mieux d'un "film d'action hollywodien". Pour ce faire, ils ont décidé de placer le joueur dans la peau d'un agent infiltré chargé de faire tomber une organisation criminelle internationale. S'il est un peu cucul de tenter de bâtir un scénario autour de courses clandestines, il n'est pas idiot de vouloir définitivement enterrer l'image du jeune premier qui débarque dans une grande cité américaine avant de devenir une légende vivante. Le tout est quelque peu maladroit, joué par dessus la jambe et bourré de stéréotypes siliconés (suivez mon regard que vous ne voyez pas mais que vous devinerez), mais après tout, on n'investit par dans un Need For Speed pour se gaver de pop-corn devant les cut-scenes qui font progresser l'intrigue. On recherche plutôt des sensations grisantes au volant de bolides que l'on n'aura peut-être jamais l'occasion de dompter dans la réalité. Le souci c'est qu'à ce niveau-là, on ne peut pas franchement dire qu'on est gâté...
Les duels sur autoroutes sont vraiment bien fichus.
Tout d'abord, techniquement, le jeu de courses accumule les tares et les largesses. Non pas qu'il soit vraiment laid au départ... Mais au fil des courses, on s'aperçoit que Need For Speed Undercover n'est tout simplement pas fini et que les défauts soulevés dans nos deux premiers contacts avec le jeu subsistent dans la version finale. La liste est malheureusement longue, à commencer par l'animation vraiment déplorable. En fait, à grande vitesse, en plein virage ou lorsque plusieurs voitures s'amassent à l'écran, le jeu connaît des chutes de framerate impardonnables qui le rendent par moments presque injouable. En plus de ça, on note un aliasing assez prononcé sur les contours des voitures ainsi qu'un clipping grossier sur certains éléments du décor. Le constat ne s'arrête pas là puisqu'il arrive par moment que quelques bugs graphiques fassent surface, comme un pot d'échappement qui continue à tenir seul en l'air, alors que tout l'arrière du châssis est parti en miettes après un carton. Ne soyez pas non plus surpris de voir les véhicules tiers passer comme si de rien n'était à travers des balises en béton, les mêmes qui stopperont nette votre course si vous tentez de les imiter. Comme si cela ne suffisait pas, notre expérience, pourtant vécue sur une version commerciale, a été stoppée par un freeze aussi soudain que brutal. Nous n'en parlerions pas si les premiers échos parus ça et là sur le net ne mentionnaient pas ce problème pour le moins dérangeant.
Qui n'a jamais rêvé d'être infiltré par Maggie Q ?
Plus subjectivement cette fois, nous notons quelques détails étonnants, comme le fait que le ciel reflète par moments dans le bitume, pourtant censé être sec. Autre bizarrerie, malgré la taille assez imposante de la baie de Tri-City et des axes routiers qui lient les différents quartiers de la ville, le trafic est des plus fluides. Alors qu'un titre comme Midnight Club : Los Angeles joue habillement avec la densité de la circulation pour forcer le joueur à conserver une concentration maximale, Undercover lui préfère ne pas trop compliquer sa tâche en vidant les routes de son trafic. Certes, la chaussée n'a rien d'une route fantôme mais force est de constater que l'on s'attendait à switcher plus régulièrement de voie pour éviter les collisions. Au final, on ne compte qu'une poignée de véhicules en phase d'exploration et encore moins pendant les courses. De quoi, certes, éviter la frustration d'une épreuve perdue bêtement suite à une bifurcation civile mal anticipée... Une frustration que l'on retrouve de toute façon durant les courses-poursuites avec la police ou certains des citoyens de Tri-City essaient de jouer aux héros en vous forçant à changer de direction au dernier moment. Un comportement très américain remarquez. Passe encore les petits écarts vicieux pour vous effrayer mais lorsqu'une voiture folle décide carrément de faire obstacle en vous barrant la route, quitte à finir coupée en deux, on se demande bien comment l'IA a été pensée... Rassurez-vous, ce genre de comportement kamikaze est isolé et rarissime. Ouf. Pour en terminer avec le trafic, vous rirez jaune en constatant, lors d'une course par tours, que vous croisez systématiquement les mêmes voitures aux mêmes endroits à chacun de vos passages...
Ca ne se voit pas forcément mais Undercover est bourré d'imperfections graphiques sur PC.
Le gameplay de Need For Speed Undercover n'a rien de surprenant. Il reprend purement et simplement les mécanismes chers à la série. Concrètement, vous pouvez quasiment oublier la pédale de gauche tant son utilisation est peu fréquente. Dans 95% des cas, relâcher l'accélérateur suffira à vous permettre de prendre un virage correctement. D'ailleurs, on constate très vite que freiner revient à couper trop violemment votre élan et contribue à voir fondre votre avance sur les autres pilotes. Quasiment toujours à fond donc, le doigt écrasant la touche d'accélération. Le verbe écraser est volontairement choisi car pour peu que vous relâchiez la pression, votre bolide ralentira. Une gestion analogique des touches de base qui nécessitera un certain temps d'adaptation aux joueurs peu habitués à cette jouabilité, mais qu'on adopte finalement sans souci. Quid de la nitro ? Eh bien contrairement aux précédents opus, elle n'a qu'une incidence futile sur le gameplay dans la mesure où chaque utilisation d'une bonbonne est aussi brève qu'inutile. A peine gagne-t-on quelques dixièmes de seconde à chaque emploi. Par souci de réalisme peut-être ? Ce qui, avouons-le, ne collerait franchement pas au gameplay largement orienté arcade du jeu, ne serait-ce que par sa gestion des collisions et des dégâts, d'une grande tolérance. Nitro, aspiration, même combat. Si l'on vous signale bien que vous prenez correctement l'aspiration d'un adversaire, les conséquences en termes de gain de temps sont bien maigres.
J'ai toujours été cascadeur dans l'âme. Enfin je crois ?
Comment tester Undercover sans faire un petit zoom sur les courses-poursuites avec la police ? Celles-ci sont assez intenses et peuvent parfois durer dans le temps, sans jamais devenir trop répétitives. C'est d'ailleurs l'un des points forts du jeu. En plus d'un doublage vraiment excellent des voix de la radio des hommes en bleu, on peut miser sur un calibrage réussi du niveau de l'IA. Pas trop laxiste, pas trop agressive, elle sait prendre des risques quand il le faut, sans tricher sur le poids ou la puissance de ses bolides. Au contraire, la balance penche plutôt en la faveur du joueur. En effet, lorsque le joueur utilise des éléments du décor pour dresser des barrages, comme en effondrant une passerelle, il neutralisera les flics systématiquement, même si ceux-ci contournent le barrage... Du grand n'importe quoi. Mais en plus des courses-poursuites avec les forces de l'ordre, Need For Speed possède d'autres qualités comme celles d'offrir de très bonnes sensations de vitesse ou des duels sur autoroutes extrêmement fun. Dans ces derniers, la caméra se fixe sur le pare-choc avant, ras le sol et l'objectif est de distancer un concurrent en zigzaguant dans le trafic qui, pour l'occasion, est largement boosté. Autre point fort, la recherche des courses. Inutile de vous taper des kilomètres d'exploration pour passer à l'épreuve suivante. Une simple pression sur la flèche du bas de la croix directionnelle suffira ! Un bon point qui remet cependant en question le concept de ville ouverte, pour le coup peu exploité.
Les courses-poursuites avec la police sont intenses et relativement équilibrées.
En ce qui concerne le tuning et la liste des véhicules, on est servi. Comptez sur une petite cinquantaine de voitures, réparties selon les trois catégories classiques que sont les américaines, les européennes et les japonaises, de l'Audi R8 à la BMW M6 en passant par la McLaren F1, la Ford GT ou la Nissan 370Z. La customisation est poussée mais pour la première fois, pas exagérée, comme c'était de coutume dans les aînés d'Undercover. Si l'Autosculpt vous permet d'ajouter votre touche personnelle à toute pièce supplémentaire achetée, il sera bien délicat de donner une allure totalement fantaisiste à un modèle de série. Quant aux améliorations mécaniques, elles se font automatiquement d'un côté, en fonction de votre progression, et simplement de l'autre, en installant des packs sur votre monture. Un mot sur le jeu en ligne qui propose des courses classiques mais aussi des duels par équipes entre flics et voleurs où chaque team incarne tour à tour les bandits et les forces de l'ordre. De quoi donner encore plus d'intensité aux courses-poursuites que louent les amateurs de la série !
__________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Fév - 18:13 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les jeux pc Index du Forum -> Coin Jeux PC -> Tests Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com